Le Chat Munchkin (Tout savoir Race de chat)

Le Chat Munchkin

Vous lisez le dossier: Race de chat: Chat Munchkin.

Parce que la race Munchkin possède des pattes très courtes, elle est très proche du Basset et du Teckel. En effet, ces races sont très facilement assimilables. Pourtant, cette race n’est pas aussi vieille que les deux autres.

De plus, il s’agit d’une race qui n’est pas encore très populaire en raison de son effectif très faible.

Par ailleurs, il existe encore assez de réserve pour la reconnaissance de cette espèce par quelques institutions félines. Cependant, les avis des propriétaires se rejoignent : cette espèce est d’une compagnie agréable. Mieux, ils sont tous d’avis sur le fait qu’il est plus ou moins facile d’élever cette race de chat.

Le Munchkin est une race particulière de chat.

>> Tout savoir sur le Bengal – Dossier complet

Race de chat: Chat Munchkin (Historique des chats Munchkin)

Munchkin

De façon formelle, la race Munchkin a ses origines aux États-Unis. Toutefois, les travaux ou les études effectuées par Sandra Hochenedel révèlent que des espèces proches de la description de cette race particulière de chat seraient présentes en Allemagne depuis les années 1940.

Cette précision provenant de la première femme à avoir adopté une chatte errante de la race Munchkin vient contredire les origines officiellement connues.

Les prémices

En 1983, Sandra Hochenedel, professeure émérite en musique, est tombée sur une chatte prête à mettre bas qui possède des pattes très courtes à Rayville.

Prise de compassion, Sandra a alors ramené cette chatte chez elle et lui a donné un nom : BlackBerry.

Après avoir donné naissance à ses petits, le constat est clair : 50 % des chatons ont hérité des mêmes attributs physiques que leur mère. Intriguée, Sandra demanda l’avis du Docteur Solfeig Pfleuger pour avoir plus de précisions.

Étant un généticien de la ville de Springfield dans l’État du Massachusetts, ce dernier les a donc examinés et a révélé qu’il n’y avait aucune malformation au niveau des os et des articulations. En réalité, cette race de chat est victime d’une mutation génétique de nature spontanée.

Longtemps après

Ce n’est qu’après de nombreuses recherches que Sandra Hochenedel est tombée sur certains mo